AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 « Par le pouvoir sacré de l'éclair au chocolat. » [ Pv Teddy Bear ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sous-lieutenant
• I'm Hyou J. Adora

Messages : 148
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 23
Localisation : *baille*

Fiche d'aptitude
Niveau:
5/20  (5/20)
Expérience:
11/70  (11/70)
Points Wanted | Points Héroïsme: 155


MessageSujet: « Par le pouvoir sacré de l'éclair au chocolat. » [ Pv Teddy Bear ]   Dim 12 Fév - 20:35

«Par le pouvoir sacré...»
Feat Teddy Bear



C’est lorsqu’on grandit qu’on se rend compte de tout ce qu’on a laissé derrière nous, que l’on n’a pas pu réaliser sous prétexte que ce n’était qu’un bout de rêve, et que par la définition même du mot on ne pouvait pas réaliser tout cela. Mais maintenant elle pouvait se déplacer comme elle voulait, elle avait les moyens, la capacité, tout ce qu’elle voulait pour juste réaliser ces bouts de rêves. Surtout celui d’une gamine gourmande voulant se vautrer dans les sucreries. Et cette île était le lieu parfait pour subvenir à cette vieille envie. Candy Island, on allait la remarquer à des kilomètres avec son corps tout fin. La demoiselle n’avait vraiment pas l’habitude d’être ainsi entourée de personnes pesant en moyenne le double de son poids. Au moins. Ça se voyait comme le nez au milieu de la figure qu’elle n’était pas du coin, au moins la population ne semblait pas hostile aux nouveaux venus, quoiqu’il fallait peut-être voir leur manie de vouloir lui donner quelque chose à manger en continue comme une certaine forme d’hostilité. Déjà qu’elle avait l’impression d’avoir un peu pris du poids si en plus on tentait de l’engraisser, ça n’allait pas du tout le faire. Mais la population était connue pour son pacifisme, tout du moins lorsque personne ne venait leur chercher querelle, ils offraient tout à qui venait demander gentiment.

Le problème, c’était qu’avec son nouveau grade, elle avait régulièrement deux-trois mecs qui lui collaient au cul sous prétexte de « l’assister » dans ses missions, elle devait donc régulièrement trouver une excuse pour aller où elle voulait. Et de nombreuses autres excuses pour qu’ils lui foutent la paix. Surtout qu’ils étaient du genre à chercher les ennuies pour un rien, et que cela était plus que déplacé dans un tel lieu où la violence était prohibée. Et évidemment, dans leur magnifique esprit d’il faut défendre la veuve et l’orphelin, dès qu’ils voient un truc ressemblant de près ou de loin dans le noir avec une montagne devant et des lunettes de soleil, ils se décidaient à attaquer. Seulement dans ce lieu, tant qu’il n’y avait pas de crime, fallait taper sur personne.

Malheureusement, alors qu’elle se promenait sautillante devant la réalité sucrée, accompagnée de ces deux abrutis, elle croisa un groupe de personnes, relativement louches en train de déguster tranquillement leurs sucettes, des personnes qui visiblement ne faisaient de mal à personne et qui se contentaient de demander gentiment le ravitaillement, même si c’était plutôt en sucreries qu’en substances leur permettant de continuer leur route. La seule chose qu’on pourrait le reprocher, c’est de ne pas essayer de faire attention à l’heure ligne, et encore, ça les concerne eux. Adora s’était contentée de les saluer d’un regard relativement sympathique leur rappelant qu’ils veillaient au bon fonctionnement et à leur bon comportement. Elle s’installa donc tranquillement à une table et commanda un thé et un éclair au chocolat pour satisfaire ses rêves d’enfants en commençant doucement, ce p’tit demi-centimètre qu’elle avait pris ne devait pas être encouragé pas un nouvel excès. Ses compatriotes se vautrèrent à ses côtés en râlant et elle songea très sérieusement à les mettre dans la case « à retravailler » parce que là, ils risquaient juste de mettre tout à sac.

Les brigands de tout à l’heure s’étaient relevé et demandaient pacifiquement, pour des pirates, s’ils pouvaient en avoir plus, les deux jeunes Marines se levèrent et Adora préféra finir de déguster sa bouchée chocolatée plutôt que de réagir immédiatement. Erreur fatale, elle aurait mieux fait de tabasser ses collègues pour leur faire comprendre qu’il n’y avait rien à craindre plutôt que de les laisser ainsi s’énerver.

Marine con n°1 : « Eh toi, le parasite, qu’est-ce que tu fous avec cette bouffe, casse-toi avec tes grosses fesses où j’vais te balancer dans le trou de rat que t’aurais jamais dû quitter ! »
Pauvre mec : « Pour qui tu te prends blanchâtre dans sa chemise, tu t’es bien vu, j’ai encore rien fait donc t’as rien à m’reprocher, la donzelle avec toi elle rien dit donc tu la ferme. »
Marine con n°2 : « Ouaip, et t’insulte pas notre supérieure ! »
Pauvre mec : « J’l’ai pas encore insultée tu r’marqueras. »


Adora manqua de s’en décrocher la mâchoire, ces deux abrutis de coéquipiers n’avaient même pas remarqué qu’au milieu de leur connerie, l’agressé avait fait venir ses petits copains et qu’au final, toute cette histoire allait très mal finir s’ils continuaient de la sorte, la belle décida donc de calmer le jeu et de laisser son éclair pas encore fini derrière elle, qu’elle rude choix elle avait dû faire.

Adora : « Bon, on va se calmer gentiment les gars sinon ça va mal finir tout cela et j’vais devoir me fâcher ♥ »
Pauvre mec : « Toi la minette tu vas rapidement la fermer si tu veux pas que j’m’énerve contre toi, c’vous qui avez commencé, donc c’pas de ma faute. »
Adora : « Nan mais c’pas moi mais eux qui ont commencé concrètement. »


Il l’attrapa par le col de sa veste et la souleva de quelques centimètres, notre belle demoiselle n’eut aucune réaction, bien que ne touchant plus le sol, elle empoigna juste la main qui commençait à lui déformer les vêtements, la serra fort en enfonçant ses ongles dedans, elle serra son autre poings et le balança dans la figure de son assaillant.

Adora : « J’AI DIT COUCHE BORDEL DE MES DEUX ! »

C’était l’éclair au chocolat qu’elle n’avait pas pu finir qui la rendait aussi vulgaire, c’était impressionnant le pouvoir d’un demi-éclair, surtout au chocolat. La sous-lieutenant retomba en douceur sur le sol alors que l’autre s’affalait, elle tourna la tête autour d’elle, s’attendant à une réaction des compères de celui qu’elle venait de frapper, mais à la place d’avoir une réaction défensive, elle remarqua la masse qui arrivait vers eux.

Adora : « MAIS... MAIS C’EST UN OURS EN PELUCHE GEANT CA ! ♥ »


Réclamation in cb ou in mp ♥

_________________

« Quel plaisir j'aurais à me venger ! Je la retrouverai, cette femme perfide ; je reprendrai mon empire sur elle. Si l'amour m'a suffi à trouver les moyens, que ne fera-t-il pas, aidé de la vengeance ? Je la verrai encore à mes genoux, tremblante et baignée de pleurs, me criant merci de sa trompeuse voix ; et moi, je serai sans pitié. Il n'est plus pour moi de bonheur, de repos, que par la possession de cette femme que je hais et que j'aime avec une égale fureur. Je ne supporterais mon sort que du moment où je disposerai du sien. Alors, tranquille et satisfait, je la verrrai, à son tour, livrée aux orages que j'éprouve en ce moment et j'en exciterai milles autres encore. » Parler d'Adora ♥
Les liaisons dangereuses ; Choderlos de Laclos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 31
Date d'inscription : 01/02/2012

Fiche d'aptitude
Niveau:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0


MessageSujet: Re: « Par le pouvoir sacré de l'éclair au chocolat. » [ Pv Teddy Bear ]   Dim 12 Fév - 22:28

Une ballerine et un nounours au pays des obèses



___________________________________________

Il y avait des moments que l’on n’oubliait pas dans une vie, et Teddy en vivait un. De mémoire de nounours jamais il ne s’était sentit aussi heureux et accomplie. Le soleil était haut dans le ciel, les gens montraient un visage huileux et souriant, l’air était vivifiant et plus que tout autre motif de joie : il portait l’uniforme des Marines. La tête haute et le sourire aux lèvres Teddy marchait comme un ours en peluche satisfait. Déjà deux mois qu’il avait reçu sa première affectation du QG, il se souvenait encore avec émotion ce que lui avait dit son officier supérieur, et ce mot pour mot : « Soldat Teddy, vous êtes bien trop naïf et trop doux pour faire quoique ce soit d’utile autre part que sur CandyIsland… Je pense malheureusement avoir bon espoir de vous voir revenir entier.». N’était-ce pas adorable de la part de son supérieur ? Il lui avait même fait un gros câlin pour le remercier au passage, brisant en même temps au moins quatre règles concernant le protocole hiérarchique, ce qui lui avait valu de faire le voyage à fond de cale. Mais tout ceci était derrière lui et c’est avec le grade de sergent-chef qu’il arpentait les rues de l’Île à présent, il était même à la tête d’une petite troupe de locaux qui s’étaient proposés en guise de milice. En effet le responsable sur place de la Marine avait manqué de faire une crise cardiaque dans son éclat de rire lorsqu’il lui avait demandé de lui confier des troupes. Un homme très joyeux par ailleurs, il devait prendre particulièrement à cœur les traditions de l’Île au vu de son embonpoint qu’aucune tenue réglementaire de la Marine n’arrivait à contenir.

Ainsi Teddy traînait-il derrière lui une bande poussifs de gros tas courts sur pattes, mais doté d’un enthousiasme aussi débordant que la crème des profiteroles qu’ils s’accordaient comme semi-déjeuner tous les quart d’heures. Il avait très vite appris des coutumes en vigueur sur l’Île et leur conception particulière des repas, qui pouvaient s’élever jusqu’à sept en une journée, ainsi bien sûr que découvrir les ressources uniques des lieux. Du gazon en guimauve, jusqu’aux fontaines de chocolat fondu en passant par les arbres en canne à sucre, la famine était un mot inconnu ici. Teddy n’était pas certain que la population soit « bien portante », il avait pu constater un nombre incroyablement élevé de décès par crise cardiaque, mais au moins elle était heureuse…ou ce qui s’en rapprochait le plus. Mais ce paradis sucré n’était pas à l’abri du crime pour autant ! Ca non ! Et Teddy veillait au grain, ou plutôt à la boulangerie-pâtisserie ! Le fléau principal qui rongeait CandyIsland était bien entendu : le vol. Le nombre de vol ou de pillage de nourriture étaient aussi haut que le taux de cholestérol de certains habitants, ce qui n’était pas peu dire ! Du fait de pirates ou de contrebandiers venant d’autres îles, ou encore de gourmands à l’appétit hors-norme, les vols s’accompagnaient souvent de dégradations ou de bagarres au fond assez comique.

Faisant preuve d’un zèle consciencieux l’ours en peluche géant n’avait pas tardé à s’attirer une certaine reconnaissance au sein de l’Île où il était considéré comme le « Mignon Shérif ». Un titre qui devait assurément faire trembler de peur les pirates imprudents ! Teddy avait même pu faire honneur à son titre à de multiples reprises. Parmi ces exploits il avait ainsi sauvé Madame Bigmouth coincée dans un cadre de porte, retrouvez le chien de Monsieur Wonka (celui avait été enterré vivant sous les pains au lait) ou encore arrêté le malhonnête Monsieur Pringles qui, contrevenant à toutes les lois en vigueur, avait trafiqué le sucre de sa marchandise. Bien entendu il avait également mis lui-même quelques voleurs en prison, mais le chef responsable se montrait étonnamment indulgent à leur égard, surtout lorsque ces premiers lui remettaient parfois sous le menton un ou deux croissants. Une curieuse pratique que Teddy n’avait pas encore très bien assimilée. Car en effet il lui restait encore beaucoup de choses à apprendre sur la vie et les hommes en général. Depuis son engagement dans la Marine et son départ du QG il n’était plus le même ours, ça non, mais il n’avait pas perdu de but son objectif : apportez à tous amour et paix !

C’était d’ailleurs bien là que résidait le problème. Ici personne ne semblait particulièrement malheureux, et l’ours androïde était bien en mal de propager sa théorie du bonheur et de la gentillesse universelle. Il se sentait comme mis à l’écart. Aussi étouffait-il régulièrement son désarroi en profitant de la douceur des locaux qui lui offrait couramment nourriture et boisson lorsqu’il était en service. Une petite entorse au règlement mais que le chef responsable ne semblait pas voir comme un problème. C’est donc très vite que Teddy fut bientôt connu un Saint-Patron protecteur des producteurs de Milkshake. Le sergent-chef Bear se laissait en effet facilement amadouer par les propositions des patrons de cafés et on avait même créé un modèle de tasse de son envergure « Mega Largo ». Il ne crachait pas non plus sur les deux ou trois choux à la crème et cookies qui accompagnaient le tout. Rien qu’en y songeant il se sentit saliver et succombant à sa petite faiblesse, fouilla dans une poche intégré à son uniforme pour y sortir un énorme cookie qu’il engouffra dans sa bouche. Avec des pépites de chocolat de la taille d’un poing, même Teddy avait du mal à le mettre entièrement dans sa bouche.

Mais alors qu’il savourait sa friandise voilà que son sens indéfectible de servant de la justice repérait une altercation inhabituel à la terrasse d’un café. Trottinant rapidement sur ses courtes pattes molletonnées d’ourson il se dirigea vers le lieu de l’agitation, matraque en main et suivit tant bien que mal par son escouade engraissé. Il s’agissait de faire comprendre qui faisait régner l’ordre ici se dit Teddy et de faire comprendre à tout le monde qu’il fallait mieux se faire des bisous !

-Marrwhh ! Bwmmmh ! Il mchomp mahh groumhp !
(-Arrêtez ! Les troubles du voisinage ne sont pas permis ! Faites vous des bisous paya !)

Évidemment la bouche pleine c’était nettement moins impressionnant mais son intonation était compréhensible. Enfin il avisa une jeune femme qui avaient des étoiles dans les yeux, mais plus important le grade de sous-lieutenant ! Manifestement elle n’était pas d’ici, aucun bourrelets distinctifs n’étant présent. Teddy leva une patte et se mit au garde à vous.

-Teumwhwhhf Beauhb ! Ah vomhwh omiomchop !
(-Teddy Bear ! A vos ordres !).

Il termina enfin sa dernière bouchée et se reprit légèrement honteux.

-Teddy sait qu’il ne faut pas parler la bouche pleine paya…Sergent-chef Teddy Bear au rapport paya ! Il y a problème sous-lieutenant paya ? Teddy n’a jamais vu le sous-lieutenant paya !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sous-lieutenant
• I'm Hyou J. Adora

Messages : 148
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 23
Localisation : *baille*

Fiche d'aptitude
Niveau:
5/20  (5/20)
Expérience:
11/70  (11/70)
Points Wanted | Points Héroïsme: 155


MessageSujet: Re: « Par le pouvoir sacré de l'éclair au chocolat. » [ Pv Teddy Bear ]   Lun 13 Fév - 17:17

«Par le pouvoir sacré...»
Feat Teddy Bear



Adora se leva brusquement et se jeta dans les bras de l’ours en peluche qui venait de se présenter comme un de ses collègues, en plus de réaliser un autre de ses rêves de gamine insouciante, à savoir se trouver dans un pays tout plein de sucreries, elle avait aussi réalisé celui d’avoir un ours en peluche géant à câliner. Elle se blottit tout contre lui en ronronnant. En plus il était littéralement gigantesque et elle voulait absolument dormir contre lui pour oublier tous ces soucis, dont les deux abrutis qui semblaient être en train de se dire que leur supérieure était vraiment complètement décalée. Après avoir massacré quelqu’un et se mettre tous les compères de ce même quelqu’un, elle trouvait le moyen de les laisser en plan pour sauter dans les bras de l’étrange géant entouré de petits gros. Etrange tableau. Il fallait juste s’imaginer que les hommes accompagnant le nounours étaient de petits chérubins roses et ailés et ça passait très bien, surtout si on ajoutait une petite pluie de pétales. Seulement, après avoir enfin quitté leur maîtresse qui venait de leur sauver royalement la mise, les deux abrutis décidèrent qu’il était temps pour eux de retrouver leur honneur en massacrant la petite troupe qui n’avait vraiment rien fait à par de les regarder mal en s’approchant d’eux. Ils avaient reconnu les bisounours et préféraient garder profil bas en sa présence, connaissant ses capacités probablement.

Mais évidemment, quand on se balade avec deux idiots, il est déconseillé de les quitter des yeux ne serait-ce qu’une seule seconde. Et pourtant, à se frotter toute contente devant cette vision de rêve, elle avait arrêté de les surveiller. Ils s’étaient donc mis à tenter de massacrer ceux qui avaient menacé de les rétamer tout à l’heure. Ils étaient vraiment à recaler ces deux-là, complètement incapable de comprendre qu’ils n’étaient que des sous-merdes, et encore je suis gentille. Lorsque la belle entendit les premiers coups et les premières injures voler elle commença à se retourner lentement, vu qu’ils ne cassaient rien encore personne n’avait pris la peine de les calmer correctement. Adora se détacha du gros nounours avant de s’incliner doucement devant lui pour s’excuser du désagrément causé.

Adora : « Sous-Lieutenant Hyou, mais vous pouvez m’appeler par mon prénom, Adora. Je sais que cet endroit est sous votre juridiction mais je m’en vais rattraper mais accompagnateurs qui ne semblent pas comprendre leur ânerie. »

Elle se détourna de la douceur de son corps à regret avant d’aller récupérer ses deux collègues. Elle les attrapa par les oreilles, les tordant et les déformant sans aucune pitié et évitant sans grand mal les poings qui volaient pour continuer de défigurer les deux mecs. Elle leur fit donc un méchant sermon comme quoi elle leur avait déjà dit de se calmer et de mieux se comporter en présence de ses collègues et de pauvres civils qui n’ont pas encore fait de mal, d’autant plus lorsqu’il existait déjà une équipe mise à pied pour ce genre d’incident et qu’ils étaient là seulement pour prendre du bon temps. Enfin elle, elle était là pour ça, eux ils la suivaient juste parce qu’il leur fallait quelqu’un pour voyager. Bref, qui l’encombraient.
L’inconvénient, c’est que même si elle leur avait réglé leur compte à eux, les autres avaient commencé à s’échauffer un peu, et devenaient au passage un peu plus violent. L’un d’eux prit la table sur laquelle était encore posé l’éclair au chocolat qu’elle n’avait pas encore finit et la lança vers eux, tentant de les faucher sans aucun scrupules. Il y avait une femme dans le tas et cela ne semblait pas du tout les impressionner le moins du monde, ils étaient lancés et ne comptaient absolument pas s’arrêter maintenant sans avoir pu rétamer comme ils le devaient les deux bleus. Adora se baissa, laissant ses collègues se prendre la table en pleine figure.

Adora : « Mais c’est dangereux ça ! Arrêtez ça immédiatement où j’vais me fâcher. »

Puis elle vit son éclair au chocolat, au seul, abandonné sans être fini au milieu des vestiges de l’assiette qui l’avait supporté. Le brigand n’eut pas besoin de continuer à faire des bêtises qu’elle s’énerva, regardant, non pas ses inutiles compagnons qui sortaient tant bien que mal de dessous la table, mais pour cette pauvre pâtisserie qui ne finirait pas son œuvre vu la manière dont elle venait d’être traitée. Adora mit un genou à terre et la prit doucement dans ses mains, s’écorchant le bout des doigts, souillant dans un dernier souvenir la gâteau. Elle le reposa dans les restes de son piédestal avant de se relever, rosée de mécontentement.

Adora : « Alors après ces idiots qui ne font que vous provoquer, vous détruisez une table de ce charmant établissement ET VOUS MASSACREZ MON ECLAIR AU CHOCOLAT QUE JE N’AVAIS PAS FINI ! »

Elle prit donc un des pieds de la table et l’envoya à celui qui avait envoyé la table en entier, vu l’état dans lequel elle se trouvait, un pied en moins ne lui ferait aucun mal supplémentaire, surtout que la belle demoiselle comptait bien rembourser les désagréments qu’elle provoquait.

Pirate con : « Nan mais d’où est-ce que tu t’y mets toi, la pouffiasse? Déjà qu’tu as commencé… »

Adora alla récupérer le pied de table auprès du mec inconscient, sonné de se lettre pris dans la figure et donna un grand coup avec sur la tête de son interlocuteur. Elle avait faim et avec toutes ces âneries elle n’avait pas pu finir sa petite douceur. Surtout qu’après tous les ennuies qu’elle engendrait sur le moment on n’accepterait pas de la resservir gentiment de sitôt. Ô rage, ô désespoir, ô pâtisseries peut-être jamais retrouvées. Elle se courba devant l’assistance sans prendre garde aux autres voyous qui n’attendaient qu’un geste de faiblesse quelconque pour continuer leur attaque.

Adora : « S’il vous plait ne me tenez pas en rigueur pour ce qui se produit actuellement, j’ai essayé de pacifier tout ça, mais ils ont insisté pour que je sois plus violente, ils m’ont même insultée… Ne me privez pas de vos douceurs et de vos sucreries. »

Elle se releva brusquement et se retrouva avec un couteau sous la gorge, menace comme quoi il fallait désormais vraiment calmer le jeu avant que ce soit du vrai sang qui se mette à couler –non avant ce n’était pas du ketchup. Adora se sentit comme soudain un peu plus calme, surtout que l’autre abruti lui avait saisi les cheveux pour lui relever la tête et mettre correctement sa gorge à nu. Elle risquerait gros si elle loupait son attaque, et lui encore plus s’il n’arrivait pas à fuir à temps.



Je sais pas ce que je fume en ce moment °v° [Idem et ce sera toujours idem, n'hésites surtout pas si tu veux que j'édite :3]

_________________

« Quel plaisir j'aurais à me venger ! Je la retrouverai, cette femme perfide ; je reprendrai mon empire sur elle. Si l'amour m'a suffi à trouver les moyens, que ne fera-t-il pas, aidé de la vengeance ? Je la verrai encore à mes genoux, tremblante et baignée de pleurs, me criant merci de sa trompeuse voix ; et moi, je serai sans pitié. Il n'est plus pour moi de bonheur, de repos, que par la possession de cette femme que je hais et que j'aime avec une égale fureur. Je ne supporterais mon sort que du moment où je disposerai du sien. Alors, tranquille et satisfait, je la verrrai, à son tour, livrée aux orages que j'éprouve en ce moment et j'en exciterai milles autres encore. » Parler d'Adora ♥
Les liaisons dangereuses ; Choderlos de Laclos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 31
Date d'inscription : 01/02/2012

Fiche d'aptitude
Niveau:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0


MessageSujet: Re: « Par le pouvoir sacré de l'éclair au chocolat. » [ Pv Teddy Bear ]   Mar 14 Fév - 21:28

Surpris par cette dérogation au protocole hiérarchique, Teddy n’en était pas moins ravi que de se retrouver là dans une situation des plus confortable et des plus familière qu’il n’avait plus goûté depuis quelques années déjà. Un câlin, un vrai, un sincère. Il plongeait dans un gouffre d’amour débordant de chantilly. Il profita donc pleinement de cette étreinte donné en toute innocence et la lui rendit avec une gentillesse toute mesuré, rougissant de plaisir dans ce don d’amour et de paix harmonieux. Il ne la connaissait pas, mais déjà il appréciait la jeune femme. Qui avait dit que les officiers de la Marine étaient tous de sévères vieux messieurs croupissant derrière un bureau, maugréant sur le bon vieux refrain du « c’était mieux avant » ? Il en avait ici le parfait contre-exemple devant lui. Pour toute personne extérieure à cette situation, complètement dépourvu de significations impures, la scène pouvait relever d’un certain double-sens. Une jeune femme collant sa poitrine plantureuse contre une créature habillée en nounours géant qui lui faisait des petites tapes dans le dos et le sourire aux lèvres…Nooon, vraiment tout était parfaitement dépourvu d’intentions malsaines. Les deux subordonnés de la demoiselle ne semblait toutefois pas du même avis, à voir les feux brûlants de la jalousie jaillissant de leurs orbites.

Elle s’écarta cependant bientôt, rompant le contact pour adopter un salut plus en forme. Elle semblait bien jeune pour une femme de son grade, mais dotée d’une envie et d’un zèle qui en se démentait pas. En cela ce n’était pas ses deux collègues qui allaient la contredire. Gardant un silence réservé devant l’intervention de la jeune femme, Teddy ne pu qu’approuver son comportement, appréciant au passage son respect et sa politesse. Elle avait une manière particulière de remettre à leur place ses subordonnés qui lui fit penser à une mère poule qui corrige ses poussins. Sans doute avait-elle sa propre technique de leadership qui consistait à materner ses soldats ? Teddy ne la trouva pas complètement idiote, il n’avait jamais autrement considéré ses propres suivants que comme des ballons dodelinant, mais à dire vrai il était plutôt inconfortable lorsqu’il s’agissait d’établir un véritable contact avec les gens. Visiblement elle n’était pas non plus dépourvu de fermeté, à voir la poigne qu’elle mettait à tirer les appendices de ses collègues, l’ours en peluche s’attendait à les voir se détacher de leurs têtes d’un instant à l’autre. Ce qui serait là sans doute du dernier comique ! Bon…peut être pas pour tout le monde.

Mais voilà que les choses semblaient soudain beaucoup moins sous contrôle, c’était évident car en temps normal les meubles ne décollaient pas du sol pour voler à travers les airs. Lasous-lieutenant esquiva la table avec une grâce féline, laissant le soin à ses valeureux soldats le soin d’amortir le choc pour protéger le meuble de tout dégât supplémentaire. Teddy apprécia l’initiative des Marines et leur sens du dévouement, d’autant plus que…ses pensées s’arrêtèrent lorsque ses yeux croisèrent ce qui avait été quelques secondes plus tôt un éclair au chocolat savoureux. Sa petite troupe obèse adopta très vite le même comportement, leurs yeux s’attachant fixement sur la nourriture à présent bel et bien perdu. Il y avait des crimes graves sur cet île,le meurtre en faisait partit, mais gâcher de la nourriture n’offrait qu’une seule sanction : la mort. L’officier de Marine se chargea fort heureusement de punir les odieux criminels comme il se doit à force d’actes violents qui, pour une fois, rencontrèrent un écho favorable chez l’ours en peluche géant. Les membres de sa petite n’était pas en reste non plus, encourageant la belle à force de cris perçants, certains avec la bouche encore pleine.

- Fous-lui ton pain au raisin dans la gueule !
- Arrache-lui les noisettes !

Ils furent amplement satisfaits du châtiment infligé au profanateur, de même que Teddy qui serra son coussinet en poing rageur, attitude inhabituel mais la victime était définitivement dans le camp des « méchants » et méritait à présent un châtiment approprié.

-Pas de soucis Adora-dono paya ! Teddy aurait fait la même chose paya ! Teddy va débarrasser les ordures maintenant.

Dit-il déterminé à mettre définitivement fin à cette agitation et botter, littéralement, les gêneurs en touche. La quiétude du repas était-il une valeur sacrée ici avec laquelle on ne blaguait pas. Mais alors qu’il avançait matraque en avant l’inattendue se produisit. Une attaque directe sur un officier de la Marine n’était pas une chose à prendre à la légère, attaquer une femme de surcroît non plus et surtout devant l’Ours en Peluche. Toute rédemption de paix et d’amour était finie pour l’impudent et odieux pirate. Teddy stoppa son mouvement et l’assistance retint son souffle. Un mouvement de trop et la jeune finissait teintée en rouge, et le Saint Patron des Cookies savait que l’ours Marine n’aimait pas cette couleur. Il fallait saisir le bon instant pour agir comme…

-Ne bougez plus les bouffons sinon je…

…maintenant ! Avec la rage et la fureur du Mythique Dragon Chocolat, si populaire sur CandyIsland, le poing du nounours partit avec la détente de l’éclair et la précision du chasseur. Une véritable balle lancée à la vitesse du son qui vint intercepter la lame pour l’écraser dans un étau d’acier, la brisant en morceaux. Visiblement la prouesse était de taille car le forban n’en revenait pas lui-même, ses lèvres bougeant dans le vide.

-Putain de…

Teddy ne lui laissa plus aucun loisir de sortir de nouveaux vilains mots et frappa une nouvelle fois, trouvant son objectif en plein dans la tête de la crapule.

-Nounours punch ! Paya !

Le coussinet lancé à pleine vitesse s’était frayé un chemin douloureux jusque dans la bouche malpoli de l’assaillant, lui ravageant les dents et le portrait par la même occasion. Encore conscient, par quelques miracles de son anatomie, il tenta de protester dans un cri de souffrance.

-Meuarrrgh mmmourh !
-Teddy a dit on ne parle pas la bouche pleine paya ! Nounours punch !

La dernière fût la bonne et il s’écroula tout à fait, toute envie belliqueuse ayant disparu…définitivement. Son compagnon fût plus intelligent et pris la fuite. Voilà une mission qui avait été rondement exécuté, il s’enquit de l’état de la jeune femme mais fût aussitôt interrompu. Cette histoire n’aurait-elle donc pas de fin ? Un couple improbable avait surgit d’une échoppe, de large envergure et portant les cravates les plus extravagantes que le nounours n’avait jamais vu. L’air malsain et sale, ils portaient de lourds canons qui étaient contre toutes les législations en vigueur sur l’Île concernant les armes. Cependant Teddy ne se serait pas risqué à leur mettre un manuel sous le nez pour le leur rappeler.

-Regardez ce que vous avez offert à notre Barnabé ! Vous allez payer ! Pas vrai sœurette ?
-Un peu Bali !

Ils adoptèrent aussitôt une chorégraphie des plus étranges, mais incroyablement rythmé.

-Je suis…Bali !
-Je suis…Balo !
-Nous sommes là pour…
-…vous foutre la misère avec de mauvais tours !

De rebondissements en rebondissements, CandyIsland offrait encore des cas d’exceptions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sous-lieutenant
• I'm Hyou J. Adora

Messages : 148
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 23
Localisation : *baille*

Fiche d'aptitude
Niveau:
5/20  (5/20)
Expérience:
11/70  (11/70)
Points Wanted | Points Héroïsme: 155


MessageSujet: Re: « Par le pouvoir sacré de l'éclair au chocolat. » [ Pv Teddy Bear ]   Mer 29 Fév - 17:45

«Par le pouvoir sacré...»
Feat Teddy Bear



Ce mec, enfin cet ours, c’était vraiment un nounours plein d’amour à la crème, avec un peu de violence quand il faut pour relever le goût. En plus il avait parfaitement compris ce qu’elle avait ressenti en voyant cette malheureusement pâtisserie pâtir de la stupidité de cet homme. En plus il l’avait sauvée, c’était vraiment une personne bien. Sans lui elle aurait eu une chance, bien entendu infime, qu’elle finisse soit égorgée, baignant tranquillement dans son sang, soit passablement défigurée, ce qui aurait été dommage. Par contre, son agresseur devait violemment regretter son geste, il était en train de se faire massacrer à coups de papattes du nounours, et ça, même si c’était doux et moelleux, ça devait faire mal. Son collègue se carapata à son tour afin d’éviter une punition de ce genre. Tant mieux, ce serait moins fatigant.

La belle se rapprocha de l’Ours pour le remercier une nouvelle fois, d’une part de sa gentillesse de ne pas le mettre en faute pour les dégâts qu’elle avait causés d’autre part, parce que techniquement il lui avait sauvé la vie. Mais elle n’eut pas le plaisir de retourner dans ses bras, deux ahuris venaient de sortir d’une échoppe voisine à celle du carnage, c’était d’ailleurs étrange que ce soit eux qui se manifestent alors que les propriétaires du café ne s’étaient pas encore manifestés. A la tête du Sergent-Chef, ce n’était pas forcément les meilleurs habitants de l’île et la puanteur qui se manifesta confirma cette pensée.

L’hygiène est important lorsqu’on travaille en cuisine et ces deux-là ne semblaient pas avoir compris cette notion. De plus ils semblaient en train d’imiter un célèbre groupe de musique connu pour ses chorégraphies sans queues ni têtes et leur remarquable habitude à aller toujours plus haut, vers d’autres cieux. Mais, contrairement à ce groupe, ils étaient beaucoup plus armés et sûrement beaucoup plus agressifs. Avec une capacité d’attaque un peu plus forte que ce que l’on ne pouvait penser. D’autant plus que, d’après leurs dires, ils voulaient leur jouer de mauvais tours ce qui n’allait pas les rendre plus commodes qu’ils ne l’étaient déjà rien que par leur présence. Adora passa une main sur son visage pour ne plus ressentir leur puanteur, se concentrant plus sur sa propre odeur, beaucoup plus agréable. Elle repoussa ses cheveux avec une classe certaine, prenant de haut les deux hurluberlus sans grand mal. Il faut dire qu’ils n’étaient pas bien grands. Ce qui les rendait encore plus ridicule et soulevait des questions diverses et variées : Comment avec aussi peu de surface ils arrivaient à ne pas se nettoyer correctement ? Pourquoi ne choisissaient-ils pas des cravates, de meilleur goût, à leur taille afin qu’elles ne leur retombent dans le pantalon ? Etc.

Adora : « J’ai envie de vous dire que c’est balot, mais ceux qui osent jouer de « mauvais tours » à la Marine prennent le risque de devoir faire face à son mécontentement. Je suis le sous-lieutenant Hyou et par l’autorité que me confère ce titre, je vous conseille, pour ne pas dire ordonne, de baisser vos armes et nous pourrons dire que tout cela n’est qu’un simple malentendu. »

Mais eux, ils ne semblaient pas d’accord avec l’idée de se contenter que ce soit un simple malentendu, ils étaient d’attaque, avec un vilain jeu de mot. En plus ils semblaient avoir donné des noms étranges à leurs armes monstrueuses. L’une était ornée de motifs tribaux dans tons violets, avec un espèce de dessin de serpent. C’est cette même arme qu’elle pointa vers notre demoiselle en criant une phrase tout à fait reconnaissable : « Seviper ! A toi de jouer ! »
Adora resta passablement sur le fessier en entendant cette absurdité, ce qui d’ailleurs la déstabilisa lorsque l’attaque arriva enfin sur elle, ils venaient de lui lancer un serpent en plastique violet en plein dans la figure. Relativement bien fait le serpent même si la peinture commença à lui dégouliner dessus, salissant au passage son uniforme immaculé. Ce qui l’énerva, on ne fait pas attention quand on mange pour rien dans la Marine, une tâche sur l’habit de base c’était équivalant à une remontrance. Elle retira le jouet qui était sur elle d’un geste rageur, le prenant en main dans le but de leur renvoyer violemment dans la figure de cette femme avec une cravate étrange qui avait osé ainsi la défier.

Adora : « Je vous accuse d’agression à une personne appartenant à la Marine, vous êtes donc priés de poser de suite vos armes si vous ne voulez pas croupir dans une prison jusqu’à votre mort. »

Elle leva le bras pour leur renvoyer leur arme d’attaque à la figure. Cette dernière se mit à remuer sous ses doigts et à lui entourer l’avant-bras droit, la bête n’était pas en plastique et elle devait avoir souffert de se faire ainsi peinturlurer. Il n’était d’ailleurs pas satisfait de ce qui lui était arrivé le serpent, il la serrait de plus en plus fort, commençant à lui couper la circulation du bras. Il darda sa tête, se préparant à planter ses crocs dans la peau blanche. Le sous-lieutenant eut un réflexe qui lui sauva plus que probablement la vie, elle saisit le reptile à la gorge, l’étranglant entre son pouce et son index jusqu’à ce qu’il se relâche, assumant sa défaite. La belle put alors le balancer dans la tronche de l’autre pimbêche qui cette fois pouvait vraiment être accusée d’agression, car c’était même une tentative de meurtre si on estimait la puissance du venin de la bête.

Adora passa une main sur sa figure pour enlever une partie de la peinture qui la marquait, elle passa doucement sa langue sur ses lèvres dans un début de sourire un peu sadique. Tout à l’heure elle n’avait fait qu’exprimer de la simple violence, là elle allait pouvoir faire dans la subtilité, dans la cruauté vu que c’était de leur plein gré qu’ils s’étaient attaqués à elle. La demoiselle lança le reptile en direction de sa propriétaire et s’inclina une nouvelle fois devant l’ours en peluche qui était aussi son inférieur hiérarchique.

Adora : « Je prendrais sans problème la responsabilité de tout ce qui se passe actuellement, mais je vous serais reconnaissante de bien vouloir surveiller monsieur qui n’a encore fait aucun geste concret envers le gouvernement, seule madame est dans l’obligation de bien vouloir se rendre. »

L’homme ne semblait pas apprécier qu’on veuille s’en prendre à sa frangine et répliqua que si la pimbêche ici présente ne renonçait pas immédiatement à ses projets il allait la charcuter avec son vortente -encore un délire étrange semblerait-il. La sous-lieutenant ne prit pas la peine de l’écouter un peu plus et sorti de ses dessous un poignard avant de se diriger, d’abord d’un pas lent avant de lui sauter tout simplement dessus, vers Balo qui semblait prête à dégainer quelque chose d’étrange armée qu’elle était de cette bombe étrange, rouge et blanche.




J'le dis direct, je ne suis pas du tout satisfaite de ce que je poste, donc n'hésite pas à faire la moindre réclamation mon beau. Et encore pardon pour le retard ;w;

_________________

« Quel plaisir j'aurais à me venger ! Je la retrouverai, cette femme perfide ; je reprendrai mon empire sur elle. Si l'amour m'a suffi à trouver les moyens, que ne fera-t-il pas, aidé de la vengeance ? Je la verrai encore à mes genoux, tremblante et baignée de pleurs, me criant merci de sa trompeuse voix ; et moi, je serai sans pitié. Il n'est plus pour moi de bonheur, de repos, que par la possession de cette femme que je hais et que j'aime avec une égale fureur. Je ne supporterais mon sort que du moment où je disposerai du sien. Alors, tranquille et satisfait, je la verrrai, à son tour, livrée aux orages que j'éprouve en ce moment et j'en exciterai milles autres encore. » Parler d'Adora ♥
Les liaisons dangereuses ; Choderlos de Laclos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 31
Date d'inscription : 01/02/2012

Fiche d'aptitude
Niveau:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0


MessageSujet: Re: « Par le pouvoir sacré de l'éclair au chocolat. » [ Pv Teddy Bear ]   Dim 4 Mar - 14:15

-Ha ha attends moi !

Il y a des moments où gagnés par la nostalgie aux moments les moins importuns on se laisse à divaguer au loin, dans les souvenirs brillants et joyeux d’un passé sans tâche ni ombre. En l’espèce, Teddy se revoyait souriant et heureux, courir à travers un champ de fleurs après la jeune Alice. Même encore aujourd’hui il pouvait se rappeler que c’était la saison où les cerisiers étaient en fleurs. L’air était doux, le ciel sans nuages, le rire cristallin de l’aimable petite fille et la mélodie des oiseaux le seul son audible aux alentours. Une douce musique qui berçait encore ses nuits. Aaaah…le bon temps. Une belle époque où aucune personne grossière et indélicate ne pointait sur lui ce qui ressemblait à s’y méprendre à un lance-suppositoire au calibre…inadaptée. Le seul rire audible aux alentours étaient les gargarismes gras du dénommé Bali, qui à force de cris tapageurs semblait vouloir lui faire comprendre « qu’il allait le maraver à la façon flamme médiévale ». Le nounours porta la tasse thé vert à ses lèvres et essaya de rassembler ses esprits pour comprendre exactement comme il en était arrivé là. Tout ceci n’était que la suite de malencontreux événements qui avaient débouchés sur cette solution pas vraiment pacifique. Un instant Teddy se demanda s’il avait failli à sa mission. A voir l’officier Adora foncer arme au poing sur la seconde assaillante, une franche détermination sur le visage, visiblement elle n’était pas en proie aux mêmes doutes.

Elle venait de se faire salir son uniforme après tout, sa colère et son agacement pouvait être légitime. Ah ! Et bien sûr il y avait eu ce serpent. Tout nounours qu’il était, même lui savait qu’il était foncièrement impoli et mal vu de lancer des serpents à la tête des gens. Surtout quand ils étaient venimeux. Vraiment ces personnes n’avaient aucunes manières. Pour Teddy c’était là un crime bien plus grave ! Adora-dono faisait au moins preuve d’une courtoisie très appréciable, et il lui incombait de ne pas la décevoir. Et ce quand bien même cet étrange individu aux habits délirants, au débit de postillons impressionnant et à l’armement insolite ne lui inspirait guère confiance. Il tenta donc une dernière approche pacifique, en accord avec son credo. S’asseyant tranquillement sur une chaise, il se versa une nouvelle coupe de thé sous le regard interrogateur du bandit.

-Paya ! Asseyons-nous ici et buvons un grand thé ! Le thé donne de la force et apaise les esprits paya !
-Ha ha oui ! Tu as raison…asseyons-nous et…OH ! J’EMMERDE TON THE !

Avec une reprise de soit spectaculaire, le truand lui lança un formidable coup de poing en travers de la truffe, lui faisant mordre la poussière. Evidemment il aurait dû s’y attendre, mais la flamme naïve brûlant dans son cœur était encore forte. C’en était fini de tout ceci. Il y avait là un crime caractérisé envers la Marine et il était donc de son devoir de les arrêter tous les deux ! Quelle naïveté de sa part de croire qu’un peu de gentillesse pouvait marcher sur ces brutes ! Les gens qui portaient des cravates violettes à point verts ne méritaient que de subir le châtiment de sa Justice et les affres de la prison ! Il allait leur faire comprendre que même les sucreries pouvaient être amers paya ! Se positionnant coussinets en avant, Teddy se plongea dans la transe du Nounours Guerrier, prêt à employer ses meilleurs katas. Ce qui ne semblait guère impressionner le bandit qui s’emparant de son lance projectile s’employa à lui tirer une rafale dévastatrice. Un bourdonnement sourd agita la carcasse mécanique de l’ours en peluche géant tandis que son système de défense se mettait en route.

-Nounours Shield !

Dans un son strident les projectiles furent déviés de leur course, à la plus grande surprise du forban qui s’empressait de recharger. Mais il était hors de question de lui laisser le moindre temps de reprise ! Teddy se projeta vers lui et ouvrant grand ses bras mignons l’enserra dans une étreinte puissante, capable de briser des os.

-Love Hugh !

Une prise redoutable qui le mit au contact davantage qu’il ne l’aurait voulu avec sa masse graisseuse et adipeuse. Les bras courtauds, le bandit essayait de résister tant bien que mal à ce véritable étau vivant.

-Nounours Kiss !

En un élan formidable, la tête d’acier du Nounours vint percuter celle du truand qui lâcha un râle de souffrance, alors que dans une poussée de zèle Teddy s’assurait que sa victime était définitivement KO. Il lâche deux autres redoutables coups de tête pour s’assurer qu’il gagnerait le pays du Coma. Il laissa tomber le corps flasque et inconscient du bandit et se retourna vers la jeune femme…qui n’avait visiblement besoin d’aucune aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• I'm Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Par le pouvoir sacré de l'éclair au chocolat. » [ Pv Teddy Bear ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Par le pouvoir sacré de l'éclair au chocolat. » [ Pv Teddy Bear ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OnePiece Yozoru Kairo :: Île de CandyIsland-
Sauter vers: