AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soit non pas figurant, mais protagoniste de ton existence, Kayl.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Dénicheur
• I'm Chi'roi Kayl

Messages : 166
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 20
Localisation : Qui sait ? Toutefois, avec tes questions indiscrètes, tu risques fortement de localiser mon pied, ou plutôt lui, débusquera ton cul.

Fiche d'aptitude
Niveau:
4/20  (4/20)
Expérience:
15/70  (15/70)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0.


MessageSujet: Soit non pas figurant, mais protagoniste de ton existence, Kayl.   Dim 5 Fév - 3:49



Vivre pleinement sa vie…
… 'tain, en v'là, un nouveau défi…





Mon paternel m’a toujours incité à jouir de l'instant présent, comme si la journée actuelle allait être ma dernière… vainement, malheureusement pour moi. Lorsque certains s’adonnent au comptage de fleurettes en compagnie de leurs amourettes du moment, sans songer au lendemain… lorsque certains jouent au rami avec quelques amis d’un soir, sans songer au fait qu’ils pourraient bien ne plus avoir un seul sous en poche dès l'aube du lendemain… moi, je reste seul, scrutant le ciel, et constatant que le crépuscule commence à s’y dessiner, tout en, songeant, moi, à de nouveaux horizons, à ce que j’aurais pu être, pu faire et pu ne pas faire. Mon père m’a toujours dit que j’étais un enfant mentalement torturé, réfléchissant en continue aux jours à venir sans passer par la case de celui présent. En tant que chasseur de primes, il me faut sans arrêt être préoccuper par mon avenir, savoir si ou non, un pirate se présentera à moi demain, et si oui ou non, je réussirai à le capturer, ou simplement à prendre une volée. Certains diront que là sont les aléas de la vie, mais alors, c’est que je ne me suis toujours pas habitué aux caprices de cette salope, et que je ne m’y habituerai sans doute jamais. Au final, j’ai l’impression que ma vie n’est qu’un défilement d’évènements sans saveur ni importance, et que si tout devait être à refaire… eh bien je le referais. Mon père semblait déjà savoir que plus tard, je serai un type sans avenir, rien que quand ils me présentaient à ses potes clodo’, leur première réaction eu toujours été « Mmmh, c’t’une bien bô garchon qu’t’a là… t’i’en a pas une autre ? »… enfin… Je me rendais alors compte que la plupart des personnes m’ayant fait face, si ce n’est mon père, n’avait eu que des intentions hostiles à mon égard, et que je n'ai donc pas d’ami… à vrai dire, ce n’était pas vraiment le fait de ne pas avoir de relations amicales, qui me faisait m’en vouloir, au contraire… c’était surtout que mon père, jeune, m’avait avouer que sans personne sur qui s’épaulé lors de passages mornes de son existence, on ira pas bien loin dans cette dernière. Mais moi, j’étais là, persistant, et prouvant qu’un juste milieu en sa citation est plausible, car en d’autres termes, c’est la solitude, qui est devenue ma seule amie. Même si je me suis bien marrer, je n’ai toujours fait que voler, ou du moins, jusqu’à ma majorité, mes seuls plaisirs étant de savourer les biens dérobés aux honnêtes gens, en compagnie de mon géniteur. Récemment encore, j’avais défait quelques vauriens… mais jusqu’à maintenant, jamais je n’avais constaté le fait que j’étais avec et parmi eux. Il me fallait prendre du recul, et commencer à mes poser de VRAIES et BONNES questions quant à mon avenir ici-bas. Mon retour à Loguetown m’avait bousculé plus ou moins violemment, et pourtant, ce n’était pas de mon plein gré que j’y étais retourné, oh non. Comme à mon habitude, je voguais sur des mers dont la dangerosité n’égale pas la renommée, avec ma barque comme seul moyen de déplacement, en attendant que cette dernière ma fasse tomber sur un quelconque archipel, où je m’installerais pendant un moment, trouverais un moyen de m’enrichir tout en arnaquant quelques habitants, de çà et là, en pensant tout de même à brutaliser quelques fripouilles pour démontrer ma pseudo bonne foi auprès de la populace… Mais ce fût un retour aux sources qui m’attendit cette fois-là. Je ne savais pas si je devais le prendre comme un signe, mais ce dont j’étais certain, c’est qu’il me fallait trouver la voie qui me conviendrait le mieux, car après tout, si je suis devenu chasseur de primes, c’est bien parce-que j’en ai été contraint, il fallait bien que mon peu de volonté puisse servir une cause, noble ou pas, en fonction des points de vue, comme toujours… je ne savais pas me servir de mes deux mains autrement que pour dérober des biens, lorsque j’ai été livré à moi-même… rien n’était… rien n’est, à ma mesure.


Daignant me relever du sol, encore froid par cette nuit plutôt fraîche, une longue marche fût alors engagée, marche durant laquelle je tentais vainement de m’auto-persuadé que je suis une exception, que je pourrais parfaitement me suffire à moi-même, et que mes préceptes, "Baise, Berrys et Baston", sont on ne peut plus honorables. Mais tout ça, c’était dans ma tête, et que dans ma tête. Alors que la ville ne faisait encore que se réveiller, j’en profite pour dérober une bonne poignée de fruits d’une échoppe dont le teneur était encore à moitié endormi, tout en feignant de me faire égorger sous les fenêtres à portée de ma voix, aussi rude et peu entraînante soit-elle, histoire de bien faire chier le monde, et donc, de me redonner une mine guillerette, car un début de journée où on respire la merde, bah ça présage toujours une journée de merde. Je me surpris à sentir quelques larmes séchées couler lentement sur mes joues, que j’eu fait vite d’essuyer, avant que quiconque ne puisse s’en apercevoir… oui, j’ai une réputation à tenir, moi, et avant même d’être connu et / ou reconnu, c’est pour dire ! Il en restait donc qu’en plus d’avoir pleuré, j’avais la dalle, et ça, ça m’avait vraiment mis le moral dans les chaussettes, à tel point que même réveiller les habitants en trompe puis les entendre vociférer n’y avait pas changé grand-chose. Fourrant dans ma four à pain un des fruits dont je venais de faire mien, je progressais péniblement car mon ventre criant famine… quand j’eu recraché immédiatement ce qui se trouvait dans ma bouche, le goût étant particulièrement atroce. Pensant qu’il était avarié et dans un élan d’énervement, j’avais donc fait demi-tour, en direction de l’endroit même où je venais de voler l’immondice, puis en envoya les restes en plein visage de la personne escomptant l’avoir vendu à une honnête gens… « Nan mais vous avez un souci, vous ?! Oser vendre un fruit dont la date de péremption est arrivé avant sa propre naissance, ‘faut vraiment avoir un grain !! »… C’est tout moi, ça, justifier mon acte de bassesse en le camouflant par celui d’un autre. Reprenant toutefois mon chemin, j’aperçu au loin une troupe de marines dont la démarche laissait tout à penser qu’ils avaient la ferme intention de boucler quelqu’un… dès qu’ils furent plus ou moins proche de moi, l’un d’eux s’adressa alors à ma personne, et d’un ton que je qualifierais de bien arrogant…


© Propriété de rybenn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Soit non pas figurant, mais protagoniste de ton existence, Kayl.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OnePiece Yozoru Kairo :: LogueTown-
Sauter vers: