AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sozen Momiji [ terminée ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
• I'm Invité



MessageSujet: Sozen Momiji [ terminée ]   Mer 7 Sep - 9:43

I'am Momiji Sozen,
and this is my history...

AVANT TOUT ;
La présentation est une chose essentielle au role-play. Elle nous permettra premièrement d'évaluer votre niveau, et ainsi nous pourrons vous accepter ou vous refuser certaines capacités. C'est aussi une façon de mieux vous connaître, et surtout de mieux connaitre le type de personnage que vous comptez jouer. Veillez à ne pas trop parler de vos pouvoirs dans votre présentation, si celle-ci venait à être refusée, il serait dérangeant de devoir tout recommencer. Si vous hésitez, demandez l'avis d'un Administrateur. Vous pouvez nous montrer votre niveau RP à travers un de vos ancien récit et nous pourrons ainsi vous prédire votre validation ou non. Attention, la présentation s'aborde après avoir lu les règlements. En commençant cette fiche vous acceptez et approuvez notre charte.

Nom :Momiji
Prénom : Sozen
Age : 20
Sexe : Masculin
Race : Humain
Faction : Pirate
Métier : Bretteur
POUVOIRS & CAPACITÉS ;
Mettant en pratique l'Ittouryu ( technique à un sabre ) et le Nittouryu ( technique à deux sabres ) il utilise donc deux lames. De part ses lames, il put apprendre divers techniques provenant de son maitre dont il nomme lui même son école, "l'Ecole de la lune", l'un des sanctuaires et dojos réputés par leurs divers maitres bretteurs enseignant l'art du sabre et appartenant au personnes les plus fortes au monde.

Nom de l'arme : Teikoku no akuma

Type de l'arme : lame d'exception ( Ryou-Wazamono )

Description de l'arme :

Spoiler:
 

Détail : De part sa résistance et son tranchant exceptionnel caractéristique des sabres d'exceptions, cette lame n'a pas d'effet spécial.

Il lui arrive de récupérer un deuxième sabre pendant la bataille à un adversaire ou prêté par un allié. Mais au jour d'aujourd'hui il recherche un second sabre d'exception capable de résister à sa future force.


Sérieux, Pensif, Bagarreur, Picheur, Déterminé


HISTORY ;

Une enfance difficile


La naissance de Sozen reste encore à ce jour le plus grand point d'interrogation de sa vie. Selon les informations qu'a bien voulu lui lâcher son grand-père, Gérant d’un bar nommé le Squale, aux capacités de combat hors-normes, surnommé le titan par l'ordre à la Mouette et craint de ses ennemis, il serait né sur l'île de South Blue, le modeste lopin de terre même ou il a passé son enfance.

Dans son plus jeune âge, si cela ne tracassait pas vraiment Sozen de ne pas savoir ou il était né, il était en revanche beaucoup plus contrarié de ne pas connaitre ses parents. Comme tout les enfants au monde, il ressentait un besoin d'affection que ni son père, ni sa mère, ne pouvaient lui prodiguer pour la bonne et simple raison qu’il ne les avait jamais rencontré. Là encore, son grand-père bourru avait levé en partie le mystère qui les entourait, dévoilant l'identité de son paternel au jeune enfant : Gabrief Kyoichi, un excellent pêcheur qui mourut en mer, aventurier d‘excellent il parcourut le monde entier pour lui permettre de découvrir toutes les merveilles du monde.

Lors de son enfance, il était comme les autres enfants, toujours souriant, joueur et entourait d’amis et il faisait rire toutes les jeunes filles du village par ses pitreries, mais il avait une préférence certaine pour monter sur le comptoir du bar et pousser les multiples chants de pirates, le rythme endiablé de ses chansons faisait que tout le monde riaient et en redemandait à chaque fin de couplés. Mais son inconscience était souvent marquée par les défis fous et improbables qu’ils se faisaient entre lui et ses amis et dont il se faisait souvent engueuler pour ses nombreuses tentatives de farces sur les villageois qui se soldait parfois par une réussite totale mais malheureusement parfois par un tirage d’oreille jusqu’au comptoir du bar, ce qui faisait beaucoup rire le grand-père, mais dans le fond tout le monde l’adoraient, en somme ce n’était qu’un jeune enfant heureux de vivre. Mais ils ne comblaient pas le vide laissé par des parents absents et inconnus de surcroît et une famille quasi-inexistante puisqu'elle se résumait à son seul grand-père.

Pourtant, si la vie ne ménageait pas le jeune Sozen, elle le dota en revanche d'une volonté à toute épreuve. De l'aveu de tous, c'était l'enfant le plus digne et courageux qu'ils connaissaient. C'est sans doute ce qui lui permit de supporter le poids de son destin, le poids de la fatalité.

Hormis le grand-pére, l'enfant partageait une grande partie de ses journées avec la gérante d'une petite auberge, modeste mais chaleureuse. C'était un établissement tout ce qu'il y avait de plus classique, où marins et civils venaient de temps à autre boire un verre ou casser la graine. Sozen avait pris l'habitude d'y passer ses journées, attiré par les éclats de rire et l'animation constante qui y régnait. Le garçon, connu de tout les habitués pour passer quotidiennement depuis qu'il était en âge de marcher, se faisait souvent offrir à manger par l'un ou l'autre des clients. Et quand personne ne s'en chargeait, c'était Aïcha, la tenancière de l'auberge, qui lui offrait une assiette bien garnie et une part de gâteau sans même que Sozen n'ait à lui demander quoi que ce soit. Sensible à cette attention, il entendait en retour protéger celle qui de par son jeune âge sa fraîcheur et son sourire s'apparentait le plus à une amie dans ce coin côtoyé uniquement par les marins, actifs ou retirés, et veillait, assis sur le comptoir, à ce que personne ne fasse de grabuge. Plus d'une fois, le petit vigile, trop téméraire ou scrupuleux, déclenchait des bagarres générales dans la salle principale, mettant aux prises habitués du coin et matelots de passages, les uns prenant parti pour Sozen tandis que les autres étaient d'avis de lui flanquer une correction. Malgré les dégâts occasionnés, Aïcha n'en tenait jamais rigueur au garçon, qu'elle appelait dans un sourire son Chevalier, ce qui enchantait par dessus tout le jeune brave ravi de savoir sa compagnie appréciée.


La rencontre


Un jour que Sozen, comme à son habitude, trônait sur le comptoir du haut de ses 10 ans, un équipage fit irruption de bon matin dans l'établissement peu occupé. Les hommes en question, de simples marins, avaient décidé de s'installer sur l'île pour quelques mois. N'écoutant que sa bravoure, Sozen décida d'engager la conversation avec ses aventuriers de hautes mers. Ignorant l'avis des rares clients à ne pas avoir déserté la pièce et vint à retenir Sozen pour ne pas déranger le Capitaine. Pour tous, le jeune gamin allait se prendre une bonne correction. Aïcha, pressentant le danger, vint se placer devant Sozen pour implorer le pardon de ses hôtes. Mais c'était inutile. Non pas que le marin fut offusqué. Au contraire, il semblait touché par le courage de cet adversaire, qui malgré son jeune âge, n'avait pas peur de se battre pour ceux qu'il voulait protéger. Le Capitaine passa l'éponge sans plus de manière avant de commander une tournée de rhum. L'ensemble de l'équipage semblait en effet composé de joyeux lurons, bien plus fêtard que mauvais bougres, ce qui contribua largement à détendre l'atmosphère, et à calmer l'impétueux Sozen, d'abord hostile à ces nouveaux venus que tout le monde semblait apprécier, mais finalement intrigué et attiré par eux bien plus qu'il n'osait l'admettre.

Pendant les mois qui suivirent, l'équipage resta sur l'île de South Blue. Sozen, qui passait ses journées à écouter les divers histoires comptait par les marins et surtout des fameux Empereurs Pirates de l’ancien temps. Conscient que ce gamin était promis à une douloureuse enfance qui le suivrait toute sa vie, le marin se montrait avec lui particulièrement attentionné. Grâce à lui, Sozen miroitait les rêves d'une vie nouvelles, lui offrant des horizons lointains où il pourrait faire parler son courage et sa fougue, en compagnie de ceux qui devenaient au fil des jours de vrais amis, les membres de l'équipage. Le rêve se transforma peu à peu en un désir ardent d'aventure et d'air du large, et le gamin se promit, à lui et à l'équipage entier réuni comme souvent à l'auberge, de devenir un homme suffisamment courageux pour être digne de les accompagner sur toute les mers du globe.

Au fil des années et après le départ précipité des pirates, Sozen prit enfin la mer. Voici en sommes le début de son rêve qui restera graver à jamais en lui :


Le commencement de tout


Journée paisible, malgré le fait que j’étais entouré de bandages, la nuit avait été mouvementée mais apparemment je m’en étais sortis. En effet la veille je naviguais tranquille en mer la tête en l’air.. Faut dire je pionce pas mal en mer, mais la n’est pas le plus important. Je naviguais donc sans encombre juste au moment ou la colère tumultueux de l’océan commençait à faire des siennes, heureusement la mer ne disait rien, c’était un navire à première vue pirate qui passait non loin de moi et fit valdinguer mon navire qui était en pur symbiose avec l’élément de la mer. Curieux de voir qu’elle genre de pirates habitaient ce bâtiment je décidais d’essayer de le rattraper, mais en vain, heureusement il n’en fallu pas beaucoup pour le Capitaine et son équipage pour m’apercevoir et commencer à revenir prés de moi et me tirer dessus. Pensant que j’étais surement mort après ce tir de canon, je n’en fut pas moins chanceux que la chaine de l’ancre était de mon côté. Je pus donc m’agripper monter à bord du navire et en surprendre plus d’un car la colère m’ayant envahie de tout mon cœur ( mon navire était en morceau, mais j’avais réussi à prendre toutes mes affaires ) je perpétué mon surnom de démon , je dégainais donc mon katana et me déchaina sur quelques un de ces matelots. Mais fallait pas trop se leurrer, il était nombreux sur ce navire et je manquais un peu d’entrainement pour affronter autant d’ennemis.

Finalement ensuite tout alla très vite, alors que nous combattions tous, le navire se dirigeait vers une ile, par manque de prudence et de temps pour manœuvrer le bateau s’échoua sur la côte ne laissant qu’une dizaine d’hommes encore vivant. Et moi ayant traversé le navire de part en part je devais surement avoir quelques côtes cassées, les derniers hommes n’étaient pas non plus en bonne état et par sécurité pour eux il quitta le navire en laissant tout derrière eux. Quand à moi je récupéra mes effets tout sauf mes tonfas, impossible de les retrouver sur le moment paradoxe assez improbable du fait que j’ai toujours voulu m’en séparer, mais je ne savais jamais comment. De multiples fractures, du sang autant qu’un curé peut en bénir, et plus que mon sabre et quelques affaires pour survivre sur une ile dont je ne connais rien, d’autant plus que j’étais encore sur la plage et je ne pouvais plus avancer. Après j’avais dus m’évanouir car comme dit plus haut je me réveilla avec un magnifique soleil dans la tronche, décoré de bandages et avec une tenue tel des plus grand maitres épéiste, un kimono dont la matière ne semblait exister ( en clair je me sentais quand même à poil ) et d’une couleur grisâtre pourtant des plus radieux.

Je sortis pour voir un peu si j’avais été chanceux de l’endroit où j’avais atterri, d’un côté quand on vous guéri et que vous vous retrouvez dans une belle chambre et en plus habillé ce ne peut être qu’un bon présage d’un accueil chaleureux. Et en effet je fus salué par divers hommes et de femmes tous avec la même tenu que moi. L’endroit était tel un palais féodal, les bâtiments était typique des temples bouddhiste ou encore des dojos que l’on pouvait trouver dans divers villages, mais la superficie était telle que la zone allait compter jusqu’à plusieurs dojo tous apparemment tenu par divers maitres. L’un d’eux des plus bizarre et assez énigmatique par le manque de nez et d’une pipe à la bouche s’approcha de moi :

- Bonjour à toi étranger, je me nomme Sanshouuo, je te prie de nous excusez de t’avoir confisqué t’es affaires, mais malgré la liberté de déplacement dont tu disposes nous ne savons pas si t’es intentions sont mauvaises. Mais je te préviens d’avance si tu tentes quelconque chose pour ternir notre lieu sacré, sache que tu es sous la surveillance des sept maîtres de l’ile de Shimotsuki, et que même si tu possèdes l’un des Ryuu-wazamono tu dois quand même être un piètre bretteur au vue de l’état de ta lame qui est des plus dérisoire.

Je le rassura du côté de mes intentions, ce qui le fit sourire et m’accueillais finalement plutôt bien. Il m’avait fit visiter le palais et m’expliqua que tout l’enseignement se basait sur l’art du sabre et tout ce qui tourne autour de son concept, intriguait par la lame que je possédais je fus moi-même surpris par le nom dont il lui avait donné. La surprise en fut que plus grande quand il m’expliqua l’erreur que j’avais faite en souillant une aussi prestigieuse lame, l’une parmi les 83 lames d’exceptions qui n’appartenais normalement qu’à de vrai bretteur confirmé. Tenant aux choses du passé, j’avais trouvé cette lame au cours d’une expédition sur une ile qui était très peu habitait et avant de m’en enfuir j’avais récupéré tout les objets que j’avais pu voler, dont ce sabre. Le maitre vit que j’étais tracassé et il m’en demanda plus sur mon âme tourmenté, je refusais de lui dire un mot j’avais mon honneur et il était hors de question de divulguer quelconque problèmes à un gars que je connaissais à peine !!! Je lui dit que mon chemin était encore long , que j’étais en recherche de ma voie et que je n’avais pas le temps de rester à bouger une lame de haut en bas juste pour apprendre quelque art qui ne me servirait en rien pour devenir quelqu’un de renommé. Le maitre me dit qu’il ne me retenait pas, je pris donc mon sac, remis mes vêtements d’origines et par stupeur récupéra mon sabre en excellent état. En sortant je vis du côté de l’œil le maitre adossé au mur, je le remerciait d’avoir réparé mon katana ainsi que de l’hospitalité dont il avait fait preuve.

Encore une fois je ne savais pas trop comment rembourser cette dette, mais je lui promettais de lui ramener de l’or et des vivres pour tout ces nombreux élèves aussi jeunes étaient-ils pour perpétuité leur passion pour cette art. J’avais horreur de la pitié et surtout de me confesser comme le gars à la tête de crapaud aurait voulu, mais à l’instar de ça je devais trouver un nouveau navire car sans ça je pouvais attendre un moment avant d’en récupérer un nouveau. L’ile était très grande par rapport avec ce que j’avais imaginé et finalement c’est par malchance que je croisais les dix derniers pirates que j’avais déjà rencontré, encore mal au point la bataille semblait encore plus dure que la précédente malgré des ennemis moindre en nombre, mais arme en main je me défendais comme un beau diable. Par malheur les coups de sabres ennemis me fit finalement pas mal vacillaient et encore une fois je me retrouvais avec quelques litres de sang en moins, je vis un des pirates un vrai mastodonte tenant des tonfas, cette fois c’était la fin j’allais mourir.

C’est la que je vis l’art du sabre sous un autre angle quand le maitre Sanshouuo mit en pièce les fameuses tonfas d’un coup rapide et sec tout en rengainant son sabre, ce qui détruisait non seulement ces armes, mais aussi mit à terre les quelques ennemis encore debout. Je vis alors au travers du maître un regard des plus déterminée, transcendant le passé comme le présent, tout était redevenu calme et seul la brise légère fit parler le silence. Une telle force au combat ne pouvait qu’appartenir à ce genre d’homme, je me mis à genou en l’implorant finalement de m’enseigner ses techniques en lui promettant de ne plus jamais souiller non seulement une lame mais aussi un art aussi prestigieux et impressionnant que celui-ci. L’attente fut longue, mais au bout d’un certain temps il s’approcha se mit accroupi moi l’implorant toujours :

- je crois bien que tu as maintenant une autre dette envers moi, non ? C’est d’accord je t’entraine ça remboursera la dette de mon accueil et celle du katana, mais un conseil, repose toi et guéri toi bien car tu vas suer pas mal dans les années à venir.

Tout en allumant sa longue pipe il se dirigeait en direction du palais moi-même je le suivit pour tenir ma promesse et enfin découvrir un moyen de devenir plus fort et ainsi monter en puissance.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Agitateur
• I'm Deaclan Donnelly

Messages : 82
Date d'inscription : 28/08/2011

Fiche d'aptitude
Niveau:
2/20  (2/20)
Expérience:
15/50  (15/50)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0


MessageSujet: Re: Sozen Momiji [ terminée ]   Dim 11 Sep - 14:25

Bonjour & Bienvenue =)

Avant que ta validation soit complète, je te demanderai de redimensionner ton avatar qui est trop grand, la taille maximal étant de 150x350.

Ensuite je te demanderai d'aller faire valider ton arme ici étant donné que tu désires une lame d'excemption.

Quand tout ceci sera fait, je pourrai procéder à ta validation, merci & bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
• I'm Invité



MessageSujet: Re: Sozen Momiji [ terminée ]   Jeu 22 Sep - 9:07

Pas de nouvelles pour ta demande d'armes ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Agitateur
• I'm Deaclan Donnelly

Messages : 82
Date d'inscription : 28/08/2011

Fiche d'aptitude
Niveau:
2/20  (2/20)
Expérience:
15/50  (15/50)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0


MessageSujet: Re: Sozen Momiji [ terminée ]   Mer 28 Sep - 13:10

Bonjour !

C'est la dernière relance pour faire valider ton arme, tu as jusqu'au 02 Octobre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Agitateur
• I'm Deaclan Donnelly

Messages : 82
Date d'inscription : 28/08/2011

Fiche d'aptitude
Niveau:
2/20  (2/20)
Expérience:
15/50  (15/50)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0


MessageSujet: Re: Sozen Momiji [ terminée ]   Mar 4 Oct - 22:58

Archivée Samedi si aucune réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• I'm Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sozen Momiji [ terminée ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sozen Momiji [ terminée ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OnePiece Yozoru Kairo :: Présentations Refusées/Inachevées-
Sauter vers: